A morte do refugiado congolês Moïse Mugenyi Kabagambe no posto 8 da praia na Barra da Tijuca no Rio de Janeiro nos obriga a fazer um clipping internacional da tragédia.

Tivemos atos de repúdio ao assassinato, racismo e xenofobia na mesma cena do crime no Quiosque Tropicália, no Rio de Janeiro; e nas principais cidades do Brasil como São Paulo, Belo Horizonte, Curitiba, Porto Alegre, Belém, e Recife. No exterior, foram organizados atos em frente à embaixada brasileira em Londres e em Berlim.

As informações sobre o brutal assassinato foram veiculadas pela imprensa nacional e repercutiram na imprensa internacional. De acordo com o que foi observado, a notícia mais reproduzida foi a cobertura feita por Diane Jeantet e Diarlei Rodrigues, jornalistas da Associated Press com a colaboração de Jean-Yves Kamale em Kinshasa, no Congo, e Débora Álvares, em Brasília. Outros veículos de comunicação fizeram suas próprias redações ou publicaram textos de seus correspondentes. A seguir, uma amostra das notícias da morte de Moïse em 15 órgãos de imprensa da América, África e Europa.

Nach der Ermordung von Moïse Mugenyi Kabagambe in Rio de Janeiro: Proteste vor der brasilianischen Botschaft in Berlin
(Foto: Cristiane Ramalho/ DW)

1 – ‘A George Floyd every 23 minutes’: fury at refugee’s brutal murder at Rio beach

Thousands expected at Saturday demonstration as killing of young Congolese lays bare racial fault lines in Brazilian society.

“My cousin never hurt anyone, he was always smiling. It’s abhorrent. It’s a nightmare,” said his cousin, Chadrac Kembilu Nkusu, a fellow refugee who is considering fleeing to Canada because of the attack.

The Guardian 

2- Le Brésil s’indigne après le meurtre d’un Congolais à Rio de Janeiro

« Moïse a été victime de trois préjugés : sa couleur de peau, son statut d’étranger et sa revendication salariale. Ces trois assassins ont estimé qu’un Noir, étranger de surcroît, n’a pas à exiger un salaire. C’est un héritage de l’esclavagisme que le Brésil n’a jamais affronté », considère José de Souza Martins. Ce professeur à l’université de Sao Paulo a étudié en détail près de 2 000 lynchages, entre 1950 et 2000. « Le racisme brésilien est un racisme dissimulé et lâche », ajoute-t-il, mais, pour la première fois cependant, le professeur note « une vraie indignation de la société. C’est nouveau et cela donne de l’espoir ».

Le Monde 

3 – Demonstrators protest murder of Congolese refugee in Brazil

On Saturday, protests took to the streets of Rio de Janeiro, Sao Paulo and other Brazilian cities protesting the murder of Congolese refugee Moïse Mugenyi Kabagambe who died on on Jan. 24.

Africa News

4 – ¿Quién es Moise Kabagambe, el joven congoleño por el que los jugadores de Brasil piden justicia?  

Varios jugadores de la selección brasileña se expresaron en redes sociales en los últimos días para pedir justicia por un joven asesinado a golpes en las playas de Rio de Janeiro. Gabriel Jesús, Gabriel Barbosa y Antony Dos Santos, entre otros, escribieron en las redes sobre este caso que conmociona Brasil. 

El Observador

5 – Rassismus in Brasilien:  “Sie haben meinen Sohn getötet, weil er schwarz war”

Es war schon gegen 22.30 Uhr, als es am 24. Januar an einem Strandkiosk in Rio de Janeiro zu einem Streit kam. Ein Verkäufer diskutierte mit einem Mitarbeiter, es ging wohl um den Lohn für mehrere Tage Arbeit. Moïse Mugenyi Kabagambe, der junge Mitarbeiter, habe dieses Geld an jenem Abend einfordern wollen, so stellt es seine Familie heute dar. Rund 200 Real soll ihm sein Arbeitgeber noch geschuldet haben, umgerechnet weniger als 40 Euro, nicht viel, aber Kabagambe brauchte den Lohn.

Afrobrasilianer haben schlechtere Jobs 

Solche und ähnliche Morde sind in Brasilien und erst recht in Rio trauriger Alltag. Im Schnitt wird in Südamerikas größtem Land alle zehn Minuten ein Mensch getötet, das Blutvergießen erregt kaum noch Aufmerksamkeit, erst recht eigentlich nicht, wenn – so wie im Fall von Moïse Kabagambe – ein junger Schwarzer das Opfer ist.

Süddeutsche Zeitung

Cartaz da manifestação realizada em Londres.

6 – Brésil : des manifestants réclament justice pour un jeune Congolais battu à mort

Des centaines de personnes ont manifesté samedi au Brésil pour demander justice pour un jeune Congolais battu à mort sur une plage de Rio de Janeiro, un drame qui a mobilisé de nombreuses personnalités. 

France24.com 

7 – Manifestantes piden justicia por congoleño asesinado en Rio de Janeiro. 

En la capital, los manifestantes se reunieron frente al Ministerio de Relaciones Exteriores e hicieron una performance en la que derramaron un líquido rojo en la acera y después lo secaron con paños: “sangre negro, ni una gota más”, rezaban sus carteles.

El Comercio

8 – A young Congolese refugee demanded his back pay, his family says. He was beaten to death.

He came to Brazil fleeing the violence that had consumed his country. A tribal war in the Democratic Republic of Congo had killed his grandmother and relatives — but his life in Rio de Janeiro was supposed to be far removed from bloodshed.

The Washington Post

9 – Menschenrechte:  Totgeprügelter Kongolese: Wie rassistisch ist Brasilien?

Die Regierung von Präsident Jair Messias Bolsonaro habe ihren Anteil, so Petrone. Die Regierung selber sei “rassistisch, intolerant und ausländerfeindlich”. Präsident Bolsonaro mache Witze über indigene Völker und Nachfahren von Sklaven, lobe Autoritarismus und Folter und applaudiere der Grausamkeit gegen die schwarze Bevölkerung und Bewohner von Armenviertel. “Bolsonaro repräsentiert eine Politik, die Rassismus und Xenophobie verstärkt und der Moïse Kabagambe zum Opfer gefallen ist.”

DW

10 – Protestas en Brasil por asesinato de refugiado congoleño

En Río, la protesta se congregó junto al mismo quiosco en que Moïse Mugenyi Kabagambe había estado trabajando en Barra da Tijuca, un barrio conocido por condominios de lujo y centros comerciales.

Infobae

11 – Brésil: émotion après la mort de Moïse, jeune Congolais battu à mort sur une plage de Rio

La mort du jeune homme originaire de RDC suscite une vague d’indignation au Brésil. La brutalité des sévices subis ( il a été roué de coups durant de nombreuses minutes avec des bâtons et une batte de baseball, pieds et poings ses poignets liés à l’aide d’une corde) et la diffusion des images issues des caméras de surveillance ont provoqué des réactions en chaîne sur les réseaux sociaux et de nombreuses personnalités publiques ont tenu à condamner ce crime. 

rfi.fr

12 – Alle 23 Minuten ein George Floyd“: Wut über Mord an Geflüchtetem in Brasilien

In Brasilien sorgt der Mord an einem kongolesischen Geflüchteten für Entsetzen. Inzwischen wurden mehrere Demonstrationen angekündigt.

FR

13 – Au Brésil, un jeune Congolais battu à mort après avoir réclamé son salaire

Des images d’une caméra de surveillance montrent Moise Mugenyi Kabagambe être battu à mort dans le kiosque où il travaillait, sur une plage de Rio de Janeiro. Selon des témoignages de sa famille, ce jeune homme originaire de la République démocratique du Congo âgé de 24 ans aurait été roué de coups après avoir réclamé le versement de deux journées de salaire. 

nouvelobs.com

14 – Lynchage.“Qui a tué Moïse ?” : le Brésil choqué par la mort d’un jeune réfugié congolais

Moïse Mugenyi Kabamgabe, 24 ans, a été passé à tabac par plusieurs hommes près d’une plage de Rio de Janeiro le 24 janvier dernier. Alors que trois suspects ont été arrêtés ce 1er février, la presse brésilienne relaie la vague d’indignation soulevée par l’affaire.

Courrier International

15- Un Congolais battu à mort au Brésil

D’après lui, le gérant a ensuite appelé en renfort d’autres individus, qui l’ont frappé durant de nombreuses minutes avec des bâtons et une batte de baseball. Pour neutraliser Moïse, ses agresseurs lui ont attaché poignets et chevilles à l’aide d’une corde. Des images d’une violence insoutenable, filmées par une caméra de surveillance. 

La tempete des tropiques